Top
tongariro-alpine-crossing-randonnee-trek-nouvelle-zelande-dear-planet

Ma Bucket List (liste de choses à voir/ faire au cours de ma vie) regorge de voyages et d’expériences ! Une partie d’elle concerne les plus belles randonnées que je rêve de faire au moins une fois dans ma vie. En tête : le Kalalau à Hawaï, le Machu Picchu au Pérou, la randonnée du Fitz Roy en Patagonie et le fameux Tongariro Alpine Crossing en Nouvelle Zélande. 🏔 Cette dernière a été récemment cochée puisque j’ai eu la chance de la réaliser lors d’un voyage en Nouvelle Zélande en Avril dernier. Impossible, pour moi, de voyager au pays du long nuage blanc sans aller découvrir ces splendides lacs émeraudes qui culminent à 1967 mètres. Retour, donc, en images sur cette randonnée exceptionnelle, que je vous recommande de faire au moins une fois dans votre vie !

tongariro-alpine-crossing-randonnee-nouvelle-zelande (5)

Le Tongariro Alpine Crossing

Le Tongariro Alpine Crossing fait 19,4km et part de Mangatepopo Valley pour rejoindre le parking de Ketehahi. C’est une des randonnées les plus connues au monde, et pour cause : elle vaut vraiment le détour et les 7h30 de marche qu’il nous a fallu pour en venir à bout. Vous pouvez, bien évidemment, la faire à l’envers mais croyez-en l’expérience de nombreux voyageurs, elle est (encore) plus difficile dans l’autre sens. Je rêvais, depuis de nombreuses années, de voyager en Nouvelle Zélande et de voir ces fameux lacs d’Emeraude, perchés à plus de 1800m, dans l’un des paysages les plus lunaires au monde. Au retour je n’avais donc qu’une hâte, vous partager mon expérience sur ce blog. 😊

Comment s’organiser pour faire cette randonnée ?

Le Tongariro Alpine Crossing est une randonnée qui se prépare. Près de 21km séparent l’endroit où vous laissez votre voiture, du parking de Ketehahi. Il convient donc de bien vous équiper pour la journée de marche qui vous attend. Si vous avez la chance d’avoir un très beau temps, vous serez exposés au soleil toute la journée (sachant que les trous dans la couche d’Ozone au dessus de la Nouvelle-Zélande le rendent particulièrement nocif). Mais ne vous fiez pas aux apparences, le temps change plusieurs fois sur le parcours.

Prenez donc de quoi vous couvrir chaudement, et des couches à enlever. Prévoyez également un sac à dos adapté. J’ai fait la grosse erreur de partir avec un Eastpack sur le dos, autant vous dire qu’investir dans un bon sac à dos de randonnée est en tête de ma wishlist depuis mon retour… 🙄 Bien évidemment, n’oubliez surtout pas les bouteilles d’eau, un pique nique et un encas, des battons de randonnée, si vous en avez, une casquette, des lunettes de soleil et de la crème. Croyez en mon expérience, 7H30 en plein soleil, encore plus en altitude, ça tape… 🔥

L’ascension du Mont Tongariro jusqu’aux lacs d’Emeraude

De Mangatepopo Valley aux Sodas Springs

Nous avons commencé la randonnée vers 6h30-7h du matin. N’hésitez pas à partir relativement tôt pour commencer le parcours à la fraîche et éviter les groupes de touristes. Jusqu’aux Soda Springs le chemin est bien balisé et plutôt plat. La randonnée commence tranquillement ce qui vous permet d’admirer la superbe vue sur le Mont Ngauruhoe ainsi que les différentes coulées de lave ayant recouvert la vallée. D’ailleurs, vous l’aurez reconnu si vous avez vu la trilogie du Seigneur des Anneaux : ce magnifique paysage a été choisi pour représenter le Mordor. Arrivés aux Soda Springs, c’est là que les choses se compliquent ! Un panneau indique d’ailleurs bien que le plus dur est à venir puisqu’il conseille fortement à toute personne ne randonnant pas dans de bonnes conditions (bon équipement, bonne aptitude physique, plusieurs litres d’eau, crème solaire, et météo favorable) de rebrousser chemin.

L’ascension vers le South Crater

A côté de ce panneau de prévention, d’immenses escaliers annoncent la couleur ! Les “Marches du Diable” sont le premier passage compliqué de la randonnée puisqu’il permet d’atteindre le premier col, sur 200m de dénivelé. Enlevez les vestes, serrez les sangles de votre sac à dos et en avant pour l’ascension. Petit conseil, ne vous précipitez pas et n’hésitez pas à faire des pauses pour reprendre votre souffle et admirer la vue . Cette première ascension est assez longue alors prenez votre temps pour économiser vos forces. 🏔 Après plusieurs centaines de marches, et 500 mètres de dénivelé, nous arrivons enfin au South Crater (1 660 m). 💪

Direction le Cratère Rouge

Le South Crater permet de reposer les jambes puisqu’il s’agit d’une grand cratère, désertique, avec une vue imprenable sur le Mont Ngauruhoe (aka La montagne du destin 💍). C’est magnifique ! Profitez en pour reprendre des forces car la deuxième ascension ne tarde pas à arriver pour rejoindre le Red Crater qui culmine, lui, à 1 886 m. Cette partie est, selon moi, la plus difficile puisque la pente est raide, étroite et glissante, surtout si vous n’avez pas de chaussures adéquates. (Autre achat que je dois impérativement faire : de bonnes chaussures de randonnée à crampons ! ). De petits blocs de glace avaient fondu avec le levé du soleil, rendant la pente humide et délicate à gravir. Avec le poids des sacs et les autres randonneurs qui se suivent en file indienne, cette partie est, à mon sens, la plus dangereuse. Faites donc bien attention où vous poserez les pieds, assurez vos pas, et prenez votre temps pour arriver au sommet.

Une fois arrivés en haut, la vue est incroyable ! D’un côté le South Crater et le Mont Ngauruhoe. De l’autre le Cratère Rouge. Le paysage est lunaire et totalement désertique : une vue comme j’en ai rarement admirée dans ma vie, qui vaut vraiment le détour. Nous en avons profité pour nous hydrater et prendre un petit encas devant ce paysage à couper le souffle. Le Cratère Rouge semble venu tout droit de la planète Mars, et le vide autour de nous rend le décor encore plus impressionnant.

tongariro-alpine-crossing-randonnee-trek-nouvelle-zelande-cratere-rouge

Les Lacs d’Émeraude et le Lac Bleu

On commence désormais la descente vers les fameux Lacs d’Émeraude. Dès le Red Crater, l’odeur de souffre est très présente (ça sent clairement les oeufs pourris 🥚🤢) puisque l’activité souterraine est particulièrement active. Vous pouvez d’ailleurs apercevoir de nombreuses fumées sortir de terre. La descente vers les lacs est, elle aussi, assez périlleuse, puisque l’on marche sur de la cendre et des cailloux de lave. Elle est également délicate pour les gens qui souffrent, comme moi, du vertige. Le passage est étroit, glissant et pas franchement rassurant ! A ce stade du parcours, je fais tout de même l’effort de mettre mes appréhensions de côté. Je rêvais de le voir de mes propres yeux, autant en profiter à fond ! Deux trois glissades plus tard et un mètre de dénivelé sur les fesses, nous voilà au cratère central, une nouvelle plaine pour reprendre des forces et profiter de ce paysage lunaire. 🌜

tongariro-alpine-crossing-randonnee-trek-nouvelle-zelande-dear-planet
tongariro-alpine-crossing-randonnee-trek-nouvelle-zelande-dear-planet

Dernière petite ascension pour rejoindre le Lac Bleu près duquel nous prenons un pique-nique bien mérité. Puis c’est la descente durant près de 2h, jusqu’au point d’arrivée !

tongariro-alpine-crossing-randonnee-trek-nouvelle-zelande-dear-planet

Fin du parcours et vue sur le Lac Taupo

La fin du parcours est plutôt reposante. La pente est assez légère ce qui permet de redescendre tranquillement jusqu’au parking. En attaquant cette partie du Tongariro Alpine Crossing, le temps à totalement changé. Alors qu’il faisait un temps magnifique aux lacs d’Emeraude, le ciel se couvre en entamant la descente. Le pays du long nuage blanc tient toutes ses promesses ! ☁

Nous sillonnons donc, pendant près de 2h, le chemin balisé à flanc de volcan puis la petite forêt tropicale en fin de parcours avant de rejoindre le parking avec 21km dans les jambes, fatigués mais heureux ! 😊

Si vous voyagez en Nouvelle Zélande, Le Tongariro est une randonnée que vous ne devez pas louper (sauf si vous n’avez, bien sûr, pas la condition physique pour le faire, car vous n’y prendriez aucun plaisir, cela va de soi 🙂). Le dénivelé est raide mais j’ai trouvé que cette randonnée était assez accessible, si l’on est bien équipé, motivés, et un minimum entraîné pour un long effort physique.

Conseils et remarques

  • La randonnée n’est pas une boucle.
  • Il est interdit de stationner plus de 4h sur le parking du départ. Deux choix s’offrent donc à vous : trouver quelqu’un pour vous déposer au départ et vous récupérer à l’arrivée, ou faire appel à un service de navettes privées. Ce site en répertorie quelques unes en fin d’article.
  • Comptez entre 6h et 10h pour atteindre l’arrivée suivant votre rythme et votre condition physique.
  • Profiter du South Crater pour vous reposer car l’effort entre les “Marches du Diable” et le “Red Crater” est particulièrement intense.
  • Il y a des toilettes le long du parcours (au moins 6 si mes souvenirs sont bons)
  • Une fois là-haut, profitez de vos pauses pour vous retourner ! Le paysage dans notre dos est souvent aussi incroyable que celui que l’on voit devant nous 🙂
Tongariro Alpine Crossing : la randonnée à faire une fois dans sa vie

Marion, 24 ans. Petit Lu Nantais& globe-trotteuse je partage ma vie entre mon job de Content Manager et mes envies incessantes de découvertes. Amatrice d'apéros entre copains, de rugby, de développement personnel, de beaux paysages naturels et buveuse de thé compulsive, je n'ai qu'un seul credo : profiter de chaque opportunité pour découvrir le monde !

Comments:

  • 26 juillet 2020

    Des jolies photos qui rappellent de bons souvenirs, merci. 🙂 Sous le soleil, ça tape un peu car le parcours est bien à découvert, c’est vrai… mais je crois que c’est malgré tout préférable à passer une journée sous la pluie ! 😀

    reply...

post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.